Où part le temps qui s’en va?

Ecrite en 2019, cette biographie humoristique jouant de l’autodérision, invitant aux péripéties des voyages, dessinant un portrait caustique de notre système de santé, apprenant à relativiser par l’absurde et à enfouir ses échecs sous quelques succès obtenus de curiosité et d’audace, s’amuse à refaire le monde par un flashback hyperactif, optimiste et insoumis d’un médecin généraliste atypique et globe-trotteur. Ce dernier vous conduira aux quatre coins du monde, sur les continents européen, américain, africain et asiatique, alternant la joie des vacances et le retour à la dure réalité médicale, se jouant de la chronologie, allant et venant dans le temps, au gré des montagnes russes des vicissitudes de la vie. Ceux qui ont connu les années 60 et 70 pourront rafraîchir leurs mémoires télé visuelle et musicale, en y retrouvant les groupes, leurs vinyls et concerts, et les revues spécialisées idoines, ou les émissions télévisées diffusées sur 3 chaînes, en noir et blanc dans les premiers temps. Si l’école telle qu’elle se vivait vous manque, pas de souci, c’est aussi pour vous. Après la fac et les copains, l’heure de l’ordre serré sonnera dans l’accomplissement de feu le service national, puis vous serez éjecté dans l’inconnu de la vie active, la création d’un cabinet de médecine générale dans la campagne finistérienne, dans le cas présent. La fac vous délivrera un savoir, qui s’acquerra différemment d’une personne à l’autre, accompagné d’une formation professionnelle rigoureuse, dans le cadre des études de médecine par exemple, où l’humilité sera votre manteau d’étudiant. Sous les drapeaux, l’ordre et la discipline régnaient, mais ceux qui en auraient eu le plus besoin se débrouillaient pour passer au travers des mailles du filet, et il en serait sans doute toujours ainsi lors d’un éventuel retour de la conscription. L’exercice du métier de généraliste fera découvrir qu’il n’a plus grand-chose de libéral, dicté par des technocrates vivant à des années lumières de la réalité quotidienne, celle d’une médecine de l’humain et non pas d’une médecine comptable. La vie et ses injustices vous ont peut-être un jour donné l’envie d’agir pour tenter de changer l’inéluctable, la fatalité et les lois ingrates. Si vous avez aussi été de ces combats impossibles vous vous sentirez moins seul après avoir lu les différentes tentatives de l’auteur dans ce domaine. Quand la justice se retourne contre vous, la victime, comme une sorte de retour de manivelle, vous vous sentez bien démuni face à cette machine hors du temps. Votre imagination déborde d’idées nouvelles et bien pratiques, c’est sympa mais sachez que dans le domaine de la création et de l’invention, le slogan de rigueur se résume à : « Que personne ne bouge ! », sous peine de se voir entravé par une cohorte de facteurs bloquants administratifs et surtout humains. Alors il vous restera les loisirs dans le cadre associatif ou non, où vous essaierez tout et rien, en fonction de l’humeur du jour ou d’un plan à long terme. Par chance l’une ou l’autre discipline vous sourira peut-être, permettant soit de s’exprimer, mais pas trop fort, discrètement sera mieux vu, soit de vous défouler, mais pas n’importe comment, ni n’importe où, soit d’aider les autres, à condition de ne faire d’ombre à personne, soit de lire un bouquin tranquille dans votre coin, mais sans rire trop fort afin de ne pas réveiller le conjoint. Si vous envisagez des études médicales, si vous cherchez des idées de voyages, si vous n’avez pas connu le dernier tiers du siècle précédent ou si vous voulez le remémorer, ou encore si vous êtes passionné de modélisme, ou plus simplement si vous souhaitez apprendre à relativiser, vous trouverez, lors de cette lecture, des éléments de réponse. Homme ou femme, chacun y puisera son contenu émotionnel, parmi ces chapitres alternant les travers parfois peu glorieux de la vie et, fort heureusement, ses drôleries bienfaisantes.

Catégorie :
Partagez :