Pourquoi je n’aurai jamais le prix Goncourt ?

Publié par ABreadBooks le

Pourquoi je n’aurai jamais le prix Goncourt ?

Le prix Goncourt, l’un des plus prestigieux vient d’être attribué et garantit une future renommée, en principe, à son auteur, à moins que ce soit un César d’honneur.

Ah ! Quel prix !

Il va de soit qu’il a été discerné parmi les dix mille romans publiés dans l’année, voire davantage. Il va de soit également que ce prix récompense un auteur et non une maison d’édition, comme un candidat à l’élection présidentielle serait élu en son nom et non au nom d’un parti politique… mais ce serait prendre parti que d’affirmer le contraire et aller à l’encontre de l’égalité des chances de notre république. Il ne faut pas oublier que le jury, totalement impartial, comme le conseil constitutionnel, a lu tous les livres ou par défaut a procédé à une présélection, sorte de primaire… quoique tout ceci soit secondaire. A quel prix : « valeur d’échange, en monnaie, d’un bien, d’un service ; ce qu’il en coûte, ce que l’on doit endurer, sacrifier pour obtenir quelque chose. »

Qu’est-ce qui m’a prix ?

Certains lisent le Goncourt comme ils postent leur selfies sur instagram, bourre et bourre et ratatam. Je préfère qu’on me lise, ou pas, pour ce que je suis et non pour une étiquette (un label ?) collée sur une couverture (la belle  !). Van Gogh n’a vendu aucune toile de son vivant !

Le con court

En définitive, je n’aurai jamais le prix Goncourt parce que je serais con de courir après en forçant le gond.

https://alexandrerogerauteur.wordpress.com/

 

Partagez :