Sur ce lien :

Nicolas BARREAU
Le sourire des femmes

« À Paris, un triste vendredi de novembre. Aurélie, en plein chagrin d’amour, remarque dans une librairie un roman intitulé Le Sourire des femmes. En le feuilletant, stupeur ! : non seulement elle y découvre le nom du restaurant dont elle est propriétaire, mais, de plus, l’héroïne lui ressemble comme deux gouttes d’eau. La lecture passionnée de ce roman lui redonne goût à la vie. Intriguée par tant de coïncidences, elle décide d’entrer en contact avec son auteur. Mais rencontrer le mystérieux Robert Miller par l’intermédiaire de son éditeur s’avère étrangement difficile… Comédie romantique qui peint avec saveur un Paris pittoresque et gourmet, Le Sourire des femmes revisite le nouveau désordre amoureux non sans un soupçon de magie et un zeste d’enchantement. »
 
« Aurélie Mirabeau découvre un livre dans une librairie qui lui a fait énormément de bien au niveau psychologique en le lisant. Elle est très étonnée de voir que l’héroïne lui ressemble beaucoup. 

Elle envisage de faire une enquête auprès de l’éditeur pour rencontrer l’auteur Robert Miller. Elle fait connaissance avec André Chabanais « le vrai auteur » (mais elle ne le sait pas) qui l’emmène dans des scénarios pour la mettre en contact direct avec son pseudo « Robert Miller ». Ce petit jeu va les emmener dans des péripéties loufoques. Aurélie va-t-elle deviner la supercherie ? Que va – t – il se passer entre André et Aurélie ? 
 
Le sourire des femmes de Nicolas BARREAU est un Best Seller dans le sens qu’il nous transporte dans un monde léger puis dur, des relations amoureuses, de la rencontre, de la manipulation et de la tromperie. 
Poème de la Page 168 : « L’amour, quand il a disparu, de générosité, il n’y a plus. Toi tu t’en veux de l’avoir abandonnée, et toi qui es restée, tu panses tes plaies. Plus encore que la séparation, l’échec est douloureux, Mais en fin de compte, égaux à nous-mêmes nous sommes demeurés. Parfois restent un poème, une feuille de papier avec deux cœurs amoureux, Le tendre souvenir d’une journée d’été. »
Lettre de la Page 310 : « Il y a des écrivains qui passent des jours à ce colleter avec la première phrase de leur roman. Si la première phrase est juste, tout ira de soi, disent-ils. Je crois qu’il existe même des études sur les débuts des romans, car la première phrase d’un livre s’apparente au premier regard entre deux personnes qui ne se connaissent pas encore. »
Lettre de la Page 316 : « Je sais que tu m’as banni de ta vie et que tu ne veux plus aucun contact avec moi. Je respecte ton souhait. »  »
Valérie chroniqueuse LE GUIDE DU LIVRE
 
 
Mon Profil Babelio :  
 
 
 
————–

Nicolas-Barreau.jpeg

Cliquez ici pour voir mon site web >>

Partagez :
Catégories : Focus : auteurFocus : livre