« Qu’il était doux d’être si proche, d’être là, presque à les toucher, de caresser impunément du regard ces formes épanouies, promesses de douces félicités, se disait le comte de Lherme, avec un sourire carnassier. Prisonnières du cercle magique de sa lunette, les deux amies devisaient, insouciantes, ignorant être les proies visuelles du comte qui, juché sur sa monture, les observait depuis le couvert de la berge opposée.
– Qu’il est bon de te retrouver enfin, Isabelle ! dit Blanche, serrant les mains de son amie dans les siennes. Dire que nous ne nous sommes vues qu’une seule fois depuis l’été dernier ! (…)
– J’ai eu l’impression que ta joie était un peu… forcée quand tu es arrivée à Coulanges, confia Isabelle à son amie, ayant préféré attendre un moment plus propice pour aborder le sujet. Tu ne me parais pas très heureuse. N’es-tu plus satisfaite d’être au service de la reine ?
Blanche eut un pâle sourire qui seyait mal à son visage de porcelaine, à ses yeux de saphir et aux cheveux d’or que laissait deviner sa coiffe.
– Je ne le suis que trop de la servir et je souffre avec elle, admit-elle en soupirant. (…)
– Elle n’est pas hélas dans le cœur du roi et ne peut rien faire face au lien indéfectible qui unit Henri et Diane. Elle est sa « dame » depuis plus de vingt ans ! (…)
Émue par les moments difficiles qu’avait connus son amie, Isabelle lui tendit les mains et celle-ci s’empressa de les prendre.
– Qu’est-ce qu’elles peuvent bien se raconter ? souffla Novare.
– Tu t’es assez rincé l’œil ! renvoya le comte en lui reprenant la lunette des mains.
Il plaça l’instrument sur son œil pour voir Isabelle passer son bras autour des épaules de son amie et lui parler tout bas. Au bout d’un moment, Blanche se dégagea, le visage rayonnant. (…)
– Il faut agir vite ! Il ne faudrait pas que la belle nous file entre les doigts ! déclara soudain Hector de Lherme.
– Nous file entre les doigts ! Et pourquoi nous filerait-elle entre les doigts ?
– J’ai dans l’idée que Blanche de Marcilly va la ramener avec elle à Paris. »
Mascarade – Chapitre IV – Retrouvailles
« Mascarade » est disponible dans les librairies France Loisirs et sur le site de France Loisirs en version papier et numérique.
Abonnement sans engagement de durée.
https://www.franceloisirs.com/romans-historiques/mascarade-fl10246060.html
Bonne lecture ! 🙂
Partagez :
Catégories : Extrait de livre