Dans ma tête, les personnages sont vivants, je connais tout d’eux : leur histoire, leurs pensées, leur personnalité, même si ils évoluent au fil des événements. Le gros risque lors de la rédaction d’un roman, surtout quand l’auteur est “habité” par ses héros, c’est d’oublier que le lecteur n’est pas dans la tête de l’écrivain… Tout doit être compréhensible pour une personne extérieure, qui découvre les personnages et l’action.
Afin d’avoir toujours bien en tête le détail de la personnalité de chacun, je rédige des fiches sur chacun d’eux (âge, description physique, traits de caractère, histoire, passé, forces et faiblesses…). C’est également très important pour les personnages secondaires, ceux qui ne reviennent pas souvent. Mon roman se déroulant sur plusieurs mois, il convient de ne pas oublier au fil des pages les éléments communiqués au début sur tel ou tel personnage, ni de les contredire ensuite. Autre risque : prendre pour acquis un élément que je connais puisque je l’ai inventé et considérer que le lecteur l’a deviné alors que je ne l’ai pas explicitement mentionné…
Développer les personnages est à mes yeux un jeu d’équilibre : ne pas trop en dire pour laisser à chaque lecteur la possibilité de faire son opinion en toute liberté, mais en dire suffisamment pour assurer la cohérence des actions et réactions des protagonistes.
Partagez :

Charlotte ADAM

Charlotte ADAM

Je me suis lancée dans l’écriture très jeune, pour mon seul plaisir tout d’abord, puis dans la publication en auto-édition en juillet 2017.