HURRICANES or A HURRICANE CALLED DESIRE

Publié par ABreadBooks le

HURRICANES ou

UN OURAGAN NOMMÉ DÉSIR

Seize ans later…

L’homme n’est pas intelligent. L’Univers oui. C’est d’ailleurs ce que les scientifiques nous ont appris dernièrement.

Et en voici la preuve encore.

Seize ans après jour pour jour, un ouragan aussi fort que Katrina ravage cette magnifique région de La Nouvelle-Orléans, terre française autant qu’américaine, où les panneaux célèbrent tant le français que l’anglais.

Terre de jazz, de ferveur, où dans les bayous on peut encore se croire projeté des années avant, où des arbres intelligents ont leurs racines en plein ciel et dans l’eau.

Depuis Katrina, l’homme a-t-il retenu les leçons du drame ? C’est ce que nous allons observer.

Dans ces terres sujettes aux pires catastrophes naturelles, comment se fait-il qu’un immense arbre puisse se retourner avec ses racines déracinées dans seulement un mètre de terre, projeté contre une maison défoncée ?

C’est pour cela que les Louisianais s’amusent et font des pompes en pleine rue sous la pluie quitte à recevoir des tôles sur la tête. J’ai beaucoup aimé cette image, d’une part parce qu’elle me rappelait d’immenses balades sous la pluie chaude et drue aux Antilles, d’autre part parce qu’elle nous signale encore et toujours que l’homme est juste une petite chose face à cette nature si extraordinaire qui l’entoure et que la Nature avec un grand N pourrait très vite reprendre ses droits. Une forêt entière renaît en dix ans. Et si on laissait telle quelle la Louisiane après la tempête ? Si elle devenait un laboratoire de recherche ? Elle s’y prête…

La Louisiane, terre si particulière, et qui est aussi un laboratoire de biodiversité, devrait retenir enfin la leçon de l’Univers, et ces eaux salées et douces qui soudain s’entremêlent.

Il faut faire AVEC la nature et non pas contre et ce serait extraordinaire d’enfin planter des arbres et des maisons qui ploient plutôt que de se briser.

C’est comme Vivien Leigh dans Un tramway nommé désir : elle ploie sous les coups du sort, comme cette région où a été tournée cette magnifique pièce.

Louisiane, retiens les leçons de cet ouragan qui t’aime…

Sixteen years later…

Man is not intelligent. The Universe is. That is what scientists have taught us lately. And here is the proof again.

Sixteen years to the day, a hurricane as strong as Katrina ravages this magnificent region of New Orleans, French as well as American, where the signs celebrate both French and English.

Land of jazz, of fervor, where in the bayous one can still think oneself projected years before, where intelligent trees have their roots in the sky and in the water.

Since Katrina, has man learned the lessons of the drama? This is what we will observe.

In these lands prone to the worst natural disasters, how is it that a huge tree can turn around with its roots uprooted in only one meter of land, projected against a house broken?

That’s why the Louisiana people have fun and do push-ups on the street in the rain, even if it means getting sheet metal on their heads. I really liked this image, on the one hand because it reminded me of huge walks in the warm and heavy rain in the West Indies, on the other hand, because it points out again and again that man is just a small thing in front of this extraordinary nature that surrounds him and that Nature with a great N could very quickly regain its rights. An entire forest is reborn in ten years. What if Louisiana were left as it is after the storm? What if it became a research laboratory? It lends itself to…

Louisiana, such a special land, and which is also a laboratory of biodiversity, should finally learn the lesson of the Universe, and these salt and fresh waters that suddenly intertwine.

We must do WITH nature and not against it and it would be extraordinary to finally plant trees and houses that plow rather than break.

It’s like Vivien Leigh in A Streetcar Named Desire: She is plunging under the spell, like this region where this magnificent piece was shot.

Louisiana, learn the lessons of this hurricane that loves you…

Jacqueline Sarah Eléonore MENANTEAU, board member of ICATOR

Partagez :