Frédérique Mosimann

La Toile enflammée

 
 
 
Née en 1975 à Lausanne en Suisse, Frédérique Mosimann y a grandi jusqu’à l’âge de 13 ans puis s’est déplacée, dans une petite ville de banlieue dans laquelle elle vit encore aujourd’hui.
 
Initiée à la lecture dès son plus jeune âge, elle se décrit comme une lectrice compulsive, mêlant les genres et les auteurs, au gré de ses envies.
 
Et puis un jour elle a pris la plume. Tout d’abord, par le biais de poèmes réalisés sur le thème des toiles qu’elle réalisait, puis sur les tableaux d’amis proches et précieux, pour enchaîner et arriver à écrire des nouvelles et des romans.
 
Se revendiquant comme l’écrivaine des « laissés-pour-compte », son style se veut simple et accessible à tout un chacun. La lecture remplissant une part importante de sa vie, elle souhaite que tout le monde puisse y trouver du plaisir, raison pour laquelle, elle privilégie les ouvrages courts.

 

 
 
 
Lara, jeune artiste suisse, poursuit sa vie à Strasbourg où elle retrouve, petit à petit, son pouvoir créatif. Malheureusement, elle ne pouvait pas se douter qu’elle se mettrait en danger dans cette ville, pourtant si chère à son cœur. Agression, menaces, et autres, vont l’anéantir. Qui peut bien souhaiter la détruire avec autant de violence et de haine, mais surtout, pourquoi ? Le Commandant Braque et son équipe mettront tout en œuvre pour répondre à cette question et ce, avec l’aide acharnée de Sasha, ce pompier un peu rebelle mais très impliqué. Accompagnée durant ce calvaire par son amie Manon, Lara traversera ces épreuves. Mais s’en sortira-t-elle indemne ?






Valérie chroniqueuse LE GUIDE DU LIVRE
 
 
Mon Profil Babelio :  
 
 
 
————–
 
Article du 29/03/2020
 
 
 
Frédérique Mosimann 
 
Vient de contacter par mail LE GUIDE DU LIVRE :
 
Le café des écorchés
Frédérique Mosimann 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bonjour à toutes et à tous,
 
C’est avec un immense plaisir que je viens vous présenter mon premier roman, le café des écorchés.
 
 
 
Ce dernier est en partie autobiographie et se veut simple afin d’être accessible à toutes et tous, car il peut être utile à chacune et chacun de nous. En effet, les sujets abordés sont malheureusement des faits de société actuels dont personne n’est à l’abri.
 
Pour vous en faire une idée plus concrète, je vous remets, ci-dessous, son synopsis en espérant qu’il saura vous séduire.
 
Pénélope découvre par hasard, caché dans une ruelle bordelaise, un vieux café qui fait aussi office de librairie et de brocante. Eugénie, bienveillante tient ce lieu chaleureux et propice aux confidences. Guillaume, un habitué du café, va bientôt se joindre aux deux femmes et se livrer à son tour. 
 
Ce huis clos à trois personnages révèle les épreuves de vie de chacun, d’où qu’elles viennent, professionnelles et sentimentales. C’est comme un partage de douleur, dans lequel la souffrance des uns soulage la peine des autres. La compassion et le partage servent de pansement. 
 
Pénélope se remet difficilement d’un burnout qui, avec de longs arrêts de travail, la conduit à un brutal licenciement. Après 11 ans de bons et loyaux services, commence alors son combat pour la reconnaissance de sa maladie
 
Trop rapidement mariée à un « gendre idéal », elle a progressivement découvert que son mari était en réalité un manipulateur, menteur, se posant toujours en victime. C’est donc 4 ans de descente aux enfers avant qu’elle ne trouve la force de divorcer. Elle connaît alors de sérieux problèmes financiers qui deviennent son combat quotidien. 
 
Eugénie, qui a l’âge d’être leur mère à tous deux, conte aussi ses épreuves : enceinte à 16 ans dans les années soixante, elle n’a eu d’autre choix que celui de se marier. Après deux enfants, elle se sépare de son mari devenu alcoolique. 
 
Tombée par la suite amoureuse de celui qu’elle appelle « l’homme de sa vie », elle a été heureuse, mais devenue veuve trop rapidement. Son café, un lieu de rendez-vous autrefois incontournable de Bordeaux, est aujourd’hui déserté. 
 
Guillaume, lui, leur confie son parcours de vie : 17 ans, auprès de sa femme rabaissante puis sa vie avec sa nouvelle compagne bipolaire et schizophrène. Une spirale infernale subie par amour. 
 
La rencontre de ces trois accidentés de la vie va leur permettre, à travers leurs épreuves de vie de tisser un lien d’amitié si intense qu’ils vont se réconforter mutuellement. 
 
Trois personnages blessés qui par une amitié improvisée réchauffent leurs vies respectives.”
 
Si ce dernier retient votre attention, alors n’hésitez plus et franchissez le pas de porte du café des écorchés. Il est disponible ici ou sur Amazon et toutes les autres plateformes en ligne, ainsi que sur commande auprès de vos librairies.
 
Je vous souhaite la bienvenue au café des écorchés.
 
 
 
————–
Le 30/03/2020 : 2h47 :
 

« Il est tard dans la nuit et je viens de terminer le livre de Frédérique Mosimann Le café des écorchés. Un récit poignant qui nous bouleverse car nous lisons des témoignages de vie dans leur résumé et synthèse. 

Pénélope est une femme blessée, traumatisée qui se confie à Guillaume et Eugénie, dans un café chaleureux, qui est aussi une librairie-brocante. 

Eugénie, la propriétaire, est une « maman » à l’écoute de ses clients qu’elle questionne rapidement pour obtenir leurs confidences. C’est ainsi que Pénélope et Guillaume, vont raconter leurs vies, si difficiles et compliquées. 

Ces deux personnages souffrent des influences qu’ont les autres sur eux, notamment les comportements manipulateurs de leurs conjoints. Il apparaît que ce ne sont pas eux les véritables malades, mais plutôt les personnes qu’ils pensent aimer et avec qui ils vivent. 

Pénélope et Guillaume, sont en fait des victimes de leurs proches. Il ressort que le seul moyen pour eux de s’en sortir est de quitter les personnes toxiques -leurs conjoints – qui les rongeaient de l’intérieur. 

Le café des écorchés est un livre qui fait du bien. Il prouve qu’on peut s’en sortir et que guérir d’un burnout est possible, avec du temps et de la patience. 

Cet ouvrage est l’histoire de trois personnes qui se rencontrent et qui partagent leurs vécus. Avec une écoute attentionnée, ils parviennent à se soigner mutuellement, avec respect et compréhension. La complicité née dans ce café aboutira à une véritable amitié. 

Lisez ce livre ! On passe un bon moment dans un café, avec trois personnes attachantes. Cet ouvrage est aussi un soutien psychologique pour les personnes qui ont pu traverser des épisodes douloureux similaires à ceux vécus par les protagonistes. »

Valérie chroniqueuse LE GUIDE DU LIVRE
————–
Liens :
 
Eugénie, Pénélope et Guillaume, trois accidentés de la vie, trois parcours de vie. Celui d’Eugénie veuve depuis peu qui vit péniblement la parte de l’homme de sa vie. Celui de Pénélope en plein « burnout » qui remonte difficilement la pente et qui digère amèrement son divorce ou plutôt, son union avec un manipulateur. Celui du Guillaume qui a souffert de violences psychologiques. Tous les trois avec un lourd vécu que le hasard a décidé d’aider en leur ouvrant la porte du café. Ce café où ils se rencontrent, se livrant les uns, les autres, sur leurs parcours de vie qu’il partagent au fil du temps, jusqu’à devenir inséparables. Soyez les bienvenus au café des écorchés !
 
 
 
Née en 1975 à Lausanne en Suisse, Frédérique Mosimann y a grandi jusqu’à l’âge de 13 ans puis s’est déplacée, dans une petite ville de banlieue dans laquelle elle vit encore aujourd’hui.
 
Initiée à la lecture dès son plus jeune âge, elle se décrit comme une lectrice compulsive, mêlant les genres et les auteurs, au gré de ses envies.
 
Le café des écorchés est son premier roman qui est non seulement empli de bienveillance, mais aussi une magnifique histoire d’amitié et de confiance.
 
Et puis un jour elle a pris la plume. Tout d’abord, par le biais de poèmes réalisés sur le thème des toiles qu’elle réalisait, puis sur les tableaux d’amis proches et précieux, pour enchaîner et arriver à écrire des nouvelles et des romans.
 
Son style se veut simple et accessible à tout un chacun. La lecture remplissant une part importante de sa vie, elle souhaite que tout le monde puisse y trouver du plaisir, raison pour laquelle, elle privilégie les ouvrages courts.
 
PLUS : Lien Google : https://www.google.com/search
 
 
 
Partagez :
Catégories : Focus : auteurFocus : livre