Dans la vie de l’homme, il y a toujours un ou plusieurs obstacle(s) présent(s). Mais, l’obstacle est appelé à être franchi, surmonté. En effet, les obstacles sont des faits  présents [1] . À un moment ou à un autre, ils portent atteinte toute existence humaine. Voilà pourquoi la vie sur terre réserve à l’homme autant des surprises. Surprises bonnes ou mauvaises : ça peut être à l’école, au travail, à l’université et dans le quotidien de la vie. De fois, l’homme ne comprend pas pourquoi il se retrouve dans des situations compliquées et souvent malheureuses. Ces situations constituent un obstacle pour lui et elles suscitent tant des questions.
 Le présent article est une observation et/ou une exhortation pour tout homme qui, face à un obstacle est appelé à garder sa tranquillité et sa sérénité. L’obstacle dont nous parlons ici, est l’empêchement au succès, à excellence et au meilleur résultat de la vie.
L’homme devant un obstacle modifie son comportement et se décourage. Il ne sait quoi faire. Devant un obstacle de la vie, quelque soit sa nature, il se décourage, croit que tout est fini pour lui. Mais en revanche, aucun obstacle de la vie n’a pas des solutions. Chaque situation vitale a toujours une réponse et une solution. Le mieux à faire est de savoir comment procéder pour s’en sortir. Dans le cas d’espèce, il s’agit de l’attitude que l’homme doit adopter devant un obstacle ou une difficulté de la vie. Pour surmonter un obstacle, il y a des principes qu’il faudrait observe, Car « le succès ne vient jamais par vicissitude »[2] et c’est avec évidence l’objectif de cette article.
1. Le discernement comme processus préliminaire
Le discernement est l’un des aspects important dans la vie de l’homme. Il est un moment où l’homme requiert la capacité à réfléchir sur lui-même. Sur la responsabilité de chaque évènement de la vie. C’est une nécessité impérieuse que l’homme doit développer. Dans une perspective religieuse, le discernement est un don que nous devons demander à Dieu pour franchir un obstacle. « Le discernement est avant tout une attitude authentique spirituelle, […] une écoute, qui peut devenir un élan propulseur de notre action, une capacité de fidélité créative pour l’unique mission… ».[3] Pourquoi discerner avant d’agir face à l’obstacle ?
Premièrement, nous devons savoir que, sans « le discernement nous pouvons devenir facilement des marionnettes à la merci » [4] de n’importe quelle tendance ou difficulté. Le discernement nous permet de revoir avec profondeur l’essence d’un obstacle. Bien de fois, quand nous sommes face à un obstacle, la solution envisageable est la fuite ou le reniement. Avant de faire quoique ce soit ; la possibilité préliminaire que nous devons entreprendre est le discernement. Parce que celui-ci, est une voie vers la sagesse. Discerner veut dire distinguer, séparer, mettre à part. Que distingue ?
Deuxièmement, lorsque nous sommes face à un obstacle ou une difficulté, nous devons distinguer le nécessaire à l’aléatoire. Devant l’obstacle, On dirait que nous sommes devant une zone impénétrable, inaccessible. Et la seule occasion qui se présente est le découragement, le stress, la crise, la fuite, etc. Sans discernement, aucun examen de conscience ne sera possible pour prendre les mécanismes à appliquer, pour choisir la meilleure part ou pour dire non, Il nous faut un instrument. Le seul instrument, est le discernement ; instrument de lutte contre l’obstacle. Le discernement nous permet de dénicher la faille de l’obstacle et l’élément qui l’a déclenché. Avant de considérer l’obstacle comme défi à relever, le discernement nous donne des moyens pratiques pour affronter et résoudre l’obstacle. Il est un guide qui conduit à la recherche de la réalité du problème. L’objectif du discernement est de parler avec notre intimité, avec notre nature car, nous devons nous sentir libre d’esprit, nous éduquer à la tranquillité et la patience du temps. Discerner avant d’agir veut dire identifier de quel type d’obstacle s’agit-il. En effet, avant de prendre n’importe quelle décision dans la vie, il est important de discerner la valeur et l’efficacité de l’acte.
Nous devons regarder le problème sous toutes ses options avant de juger. Ne pas se décourager devant un obstacle, car le découragement anéanti le succès. L’homme doit reconnaitre son incapacité à être ce qu’il veut être.
2. Savoir assumer ses responsabilités


Pendant le discernement, l’esprit humain est buté à deux voies ou questions : doit-il fouir ou assumer la responsabilité ?
Dans la plupart des cas, l’homme est privé de ce qui lui est cher, de ce qui est rigoureusement vital. Parfois, il admet cette réalité avec difficulté et souvent en retard. Savoir assumer ses responsabilités, c’est savoir répondre aux conséquences de nos actes. J’en suis peut-être le promoteur de cette réalité, de cette situation douloureuse ou de cette difficulté. Lorsqu’on assume ses responsabilités, on accepte d’être le premier mobile de tout. Ainsi, l’homme atteint ses angoisses profondes enfouies dans la solitude. Il en porte complètement sa situation, assume ses responsabilités, transcende son état de culpabilité vers un but prometteur. Dans la plupart de cas, l’être humain a toujours tendance à doigter les autres comme responsables de ce qui lui arrive.
Nous sommes, parfois le premier à projeter notre propre obstacle vers l’autrui. Fuir ses responsabilités est un acte qui prouve la bassesse d’esprit et c’est même un acte d’irresponsabilité. Par contre savoir assumer sa responsabilité, conduit l’être humain à une prise effective de ce qu’il est. C’est vrai qu’il est parfois difficile à admettre un obstacle ou à être pris pour soi comme un élément principal de notre propre malheur. Mais rien ne justifie la fuite de responsabilités. C’est en assumant ses responsabilité que l’homme « effacera de sa mémoire tout son souvenir des anéantissements du passé qui disparaitront comme s’ils n’avaient jamais été ».[5] disait LÉGAUT Maurice.
L’homme courageux et fort est celui qui sait assumer et prendre ses responsabilités. Devant un obstacle de la vie comme par exemple : être exclu de l’université en année terminale, avoir engrossé une adolescente ou perdre un être cher dans sa vie sont des phénomènes faisant partie de notre être.  Ces exemples lorsque l’un d’entre eux arrive dans votre vie, bouleversent totalement vos projets de société, votre personnalité, votre aspiration. En majeure partie, l’être humain ne s’en sort pas. Il est bloqué, pense comment sera son avenir, qu’est-ce qu’il va faire après. Doit-il abandonner les études universitaires, doit-il entrer en prison parce qu’il a engrossé une adolescente ou ressuscité son être cher ? Il ne sait pas quoi faire. L’homme faible pensera à se suicider ou à fuir loin de lui tous ses problèmes ; devenant un alcoolique. Selon lui, c’est le seul moyen pour exterminer les pensées ou éliminer les stress. Oubliant même que l’alcool détruit son corps et surtout son système respiratoire. Discerner et assumer ses responsabilités sont très important avant la prise d’une décision. Fuir ou nier ses actes n’est pas une manière de résoudre son obstacle. Parfois, il y a certains obstacles dont l’homme est responsable. Par exemple : avoir échoué à l’école, la paraisse, le découragement, pour les jeunes d’aujourd’hui le manque de la véracité. Tous ceci peuvent vous identifier et Le mieux à faire est d’éveiller notre conscience de son cauchemar et l’évadée de sa prison. Nous devons être conscients que nous vivons avec le danger. Et donc lorsqu’on assume sa responsabilité, la difficulté n’aura aucune en prise sur soi.
3. Savoir relever l’obstacle comme un défi
 
Devant un obstacle ou une difficulté, nous devons mettre en tête qu’il s’agit d’un défi à relever ou à surmonter. Quel que soit la nature d’un obstacle, nous avons toujours le choix à prendre. Dans la vie rien n’est difficile à l’homme. Souvent l’homme a tendance à échapper à une situation douloureuse, impossible et se sent faible à la supporter. En réalité lorsque l’être humain échoue à relever ce défi, est voué à sa propre destruction. Défier un obstacle est le courage anonyme que l’homme doit développer pour ne pas se laisser rôder par le désespoir. L’homme courageux est celui qui s’efforce à défier un obstacle, une difficulté. Dans la vie de l’homme, il doit savoir « séparer ce qu’il est de ce qu’il vit ». [6] Pour défier l’obstacle, l’homme doit avoir la foi en lui-même, car la foi en soi est la clé de voute pour émerger sa vie. Elle transcende tout ce qui a de difficile dans la vie. Les obstacles sont nombreux dans la vie de l’homme mais, il faut savoir le défié. Défier un obstacle, c’est savoir se relever avec vivacité tout en étant optimiste. Nous devons surmonter un obstacle.
                               En définitive, les difficultés, les obstacles, les échecs font partie de notre vie quotidienne. Quoique vous fassiez, ainsi va la vie. Aucun mortel ne peut vivre sans cette réalité. Chacun à son niveau est confronté à des problèmes sérieux pour son avancement. Mais avoir une attitude convenable devant un obstacle est la meilleure de chose à faire. Car, rien n’est facile dans la vie de l’homme. La fuite ou le reniement n’est pas la solution envisageable. Ainsi, l’homme doit toujours se battre pour obtenir son bonheur. Voilà pourquoi, pour être heureux, meilleur, excellent, l’homme doit être prêt à affronter les obstacles et à les surmonter.
  Dans cet article, il est question des stratégies ou d’attitude a adopté devant les difficultés de la vie. De nos jours, nos sociétés n’admettent pas avec évidence les difficultés. Voilà pourquoi certaines réalités de la vie deviennent banalisées par manque d’information.
    Par Faustin Mbuyu
Étudiant en théologie 
Références bibliographiques
[1] NEUSCH M., le mal, Centurion. Ed. Paulines, Paris, 1990.
[2]SOYA L, les secrets de l’excellence, Ed. Paulines, Abidjan, 2013.
[3]Assemblée generale ordinaire des Evêques synode, Instrumentum Laboris. Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel, Ed Vaticana, 2008.
[4]PAPE FRANCOIS,  Exhortation apostolique-Gaudate et exsultate, Editions Paulines, Lubumbashi.
[5]LÉGAUT M., L’homme à la recherche de son humanité, Paris, Aubier, 1971.
Partagez :
Catégories : Autres